Kinshasa-DRC: Sober Youth Project – Partner Interactions concludes psychotherapeutic support through a recreational activity with the youth – former kulunas

Better late than never as we say. In Kinshasa, ex-kulunas, former users of the drug “Bombé”, have benefited from mental and psychosocial support for a change of life thanks to the Sober Youth – Healthier Communities project. (The article in French is further down below)

As part of the project ‘Sober Youth – Healthier Communities: Transforming Violent Youth in Kinshasa’ funded by the Swedish Cooperation and supervised by the World Federation Against Drugs, WFAD, the NGO Interactions DRC organised, on Friday 27 August 2021, a recreational activity with the youth former Kulunas & former users of the drug called “Bombé”, in the natural site located in the neighborhood  of N’sele to close the process of psychotherapeutic support started more than 3 months ago.

These former Kulunas, mainly from the commune of Kinshasa, benefited from psychotherapeutic support aimed at changing their lives and reintegrating them into society. The project as conceived had provided for income-generating activities through sanitation and drinking water production programmes to ensure empowerment of these young beneficiaries of the project. It should be noted that to date, these young people, supervised by the partner Interactions, receive a salary of 200,000 Congolese francs, equivalent to US $100 per month. 

This day is of great importance because it marks the end of a process that started more than 3 months ago. It was about mental and psychosocial support for the ex-Kulunas. At the end of this process, it was necessary to organize a recreational activity which consists of marking a break between their past life and their new life starting. Also, this project was designed to ensure the empowerment of these formerly violent youths through creation of jobs. Several activities are planned afterwards to allow for sustainability in the care of these young people whose lives have been totally transformed”, said Dandy Yela, the Country Representative of the World Federation Against Drugs in the DRC.

“This project has enabled us to understand that poverty is the main reason for the ‘Kuluna phenomenon’, alongside other more personal reasons. Many of the young people resort to this life because they feel discriminated and rejected by society. They are normal people who need love,” he added.

Mr Valentin Vangi, Director of  Inter-Actions DRC, reassured that the Kulunas who benefited from this training have decided to abandon the life of street violence and reintegrate into society in order to have a normal life.

“This recreational acitivity is part of the 20 steps planned in the psychotherapeutic support of the young ex-Kulunas. This step consists of making an assessment of the life of a young ex-Kuluna. We have coached them until they make a commitment to abandon the life of violence and integrate into the normal course of life,” he explained.

Nanga Silva Glodie, one of the young beneficiaries and a former leader of the ex-kulunas said: “I was one of those violent youths who assaulted, robbed, injured peaceful citizens to satisfy our thirst for violence. I was among those who used and promoted the drug ‘bombé’. Today, thanks to this programme, my life has changed. With my first pay I paid my rental deposit and with my second pay I bought a mattress. Today my life has changed and I ask others who stayed in those gangs to join us for a change.’’

For Nkosi Kavungu Arnold, one of the young people being mentored and benefiting, life has become quite different. He had joined the violent group after the death of his mother. ‘’We gave up this life of violence and drug use to join this programme to change our lives. We are supervised by Interactions DRC and are paid 200,000 Congolese Francs or US $100/month and 2,000 Congolese Francs a day for snacks. I thank Sweden and WFAD for their support and ask the authorities to assist us as well.’’

In the same vein, a recreational activity is planned with the girls ex-Kuluna , who were also supervised and benefited from the psychotherapeutic support from the NGO partners Interactions et Synergie des Femmes (SYFES), thus concluding the first year of the “Sober Youth-Healthier Communities: Transforming Violent Youth in Kinshasa” project. The second year will provide psychosocial support to another group of 500 violent youths –kulunas- and several other activities for their empowerment. 

FRENCH

Kinshasa-RDC : Projet Jeunesse Sobre – le partenaire Interactions clôture l’accompagnement psychothérapeutique à travers une sortie récréative avec les jeunes – ex-kulunas

Mieux vaut tard que jamais dit-on. A Kinshasa, Des ex-kulunas, anciens consommateurs de la drogue “Bombé” ont bénéficié d’un accompagnement mental et psychosocial pour un changement de vie grâce au projet Jeunesse Sobre- Communautés Plus Saines.

Dans le cadre du projet  ‘Jeunesse Sobre- Communautés Plus Saines : Transformer les Jeunes Violents à Kinshasa’ financé par la Coopération Suédoise et supervisé par la Fédération Mondiale Contre la Drogue, WFAD,  l’ONG Interactions RDC a organisé, le vendredi 27 août 2021, une sortie récréative avec les jeunes ex-Kulunas & anciens consommateurs de la drogue “Bombé”, dans le site touristique situé dans la commune de la Nsele pour clôturer le processus d’accompagnement psychothérapeutique  entamé il y a de cela plus de 3 mois.

Ces ex Kulunas, principalement de la commune de Kinshasa, ont bénéficié d’un accompagnement psychothérapeutique dont l’objectif était le changement de vie et la réintégration au sein de la société. Le projet tel que conçu avait prévu des activités rémunératrices à travers les programmes d’assainissement et de production d’eau potable pour l’autonomisation de ces jeunes bénéficiaires dudit projet . Il faudrait signaler qu’à ce jour, ces jeunes encadrés par le partenaire Interactions reçoivent une rémunération de 200.000 Francs congolais  équivalant à 100 $ US par mois.   

Cette journée est d’une grande importance parce qu’elle marque l’aboutissement d’un processus qui a commencé il y a plus 3 mois. Il s’agissait d’un accompagnement mental et psychosocial des ex-Kulunas. A la fin de ce processus, il fallait organiser une sortie récréative qui consiste à marquer une cassure entre  la vie passée et la nouvelle vie entamée. Aussi,  ce projet a été conçu pour assurer une autonomisation de ces jeunes autrefois violents à travers la création des emplois. Plusieurs activités sont prévues par la suite pour permettre une durabilité dans la prise en charge de ces jeunes dont les vies ont été totalement transformés ‘’, a déclaré Dandy Yela, le Représentant pays de la Fédération mondiale de Lutte contre la drogue en RDC.

“Ce projet nous a permis de comprendre  que la pauvreté est la  cause principale qui justifie le phénomène ‘Kuluna’ à côté d’autres motifs plus personnels. Beaucoup des jeunes recourent à cette vie parce qu’ils se sentent discriminer et rejeter par la société. Ce sont des personnes normales qui ont besoin d’amour”, a-t-il ajouté.

M. Valentin Vangi, Directeur de l’ONG Inter-Actions RDC, a rassuré que les Kulunas bénéficiaires de cette formation ont décidé d’abandonner la vie des brigands pour une réintégration dans la société afin d’y mener une vie normale.

Cette sortie récréative fait partie des 20 pas prévus dans l’accompagnement psychothérapeutique des jeunes  ex-Kulunas. Cette étape consiste à faire l’inventaire de la vie menée par un jeune ex-Kuluna. Nous les avons encadrés  jusqu’à ce qu’ils prennent l’engagement d’abandonner  la vie de violence pour s’intégrer dans la vie courante“, a-t-il expliqué.

Nanga Silva Glodie, un des jeunes bénéficiaires et un ancien leader des ex-kulunas a déclaré : «  J’étais un de ces jeunes violents qui agressaient, volaient, blessaient les paisibles citoyens pour assouvir notre soif de violence. J’étais parmi ceux qui consommaient et faisaient la promotion de la drogue ‘bombé’. Aujourd’hui grâce à ce programme, j’ai changé de vie. Avec ma première rémunération, j’ai payé ma garantie locative et avec deuxième paie, je me suis acheté un matelas. Aujourd’hui ma vie a changé et je demande aux autres qui sont restés dans ces gangs de nous rejoindre pour un changement.’’

Pour Nkosi Kavungu Arnold, un des jeunes encadrés et bénéficiaires, la vie est devenue toute autre. Il avait rejoint le groupe violent suite au décès de sa maman. ‘’Nous avons abandonné cette vie de violence et de consommation de drogues pour rejoindre ce programme afin de changer de vie. Nous sommes encadrés par Interactions RDC et sommes payés 200.000 Francs congolais soit  100 $ US/mois et 2.000 Francs congolais par jour pour la collation. Je remercie la Suède et WFAD pour le soutien et demande aux autorités de nous assister également.’’

Dans le même registre, il est prévu la sortie récréative avec les filles ex-kulunas qui ont également été encadrées et ont suivi un accompagnement psychothérapeutique avec les ONG partenaires Interactions et Synergie des Femmes (SYFES) pour clôturer ainsi la première année du projet « Jeunesse Sobre-Communautés Plus Saines : Transformer les Jeunes Violents à Kinshasa ». La deuxième année prévoit un accompagnement psychosocial d’un autre groupe de 500 jeunes violents – kulunas- et plusieurs autres activités pour leur autonomisation.  

Leave a Reply

Your email address will not be published.