WFAD’s Sober Youth Project: 250 ‘kulunas’ join the project for empowerment and social reintegration with Interactions DRC

In May 2022, our implementing partner of the three-year WFAD project financed by the Swedish Cooperation, Interactions DRC, started the process of mental and psychosocial support to a new group of 250 young men ‘kulunas’, known users of drugs and other psychotropic substances, for the second year. This psycho-mental support will lead to the empowerment phase through employment, income-generating activities, as well as formal and informal training with a view to their social reinsertion and reintegration.

The ‘kuluna’ phenomenon problems in Kinshasa, and in some of the country’s major cities, remains a security challenge despite tireless efforts by the DRC authorities, the Civil society, and other goodwill actors to eradicate this scourge, which has been at the root of urban violence since the mid-2000s. To contribute to all these efforts, WFAD has developed the three-year project ‘The Sober Youth-Healthier Communities: Transforming the Violent Youth in Kinshasa’, funded by the Swedish Cooperation, which aims to help young people quit violent street gangs in Kinshasa and prevent others from joining. The project focuses particularly on mental health and psychosocial support services, including parental support groups; while offering recovery support, and a socio-economic reintegration component, to facilitate hope, reintegration, and sustainability of change among participants. The young person is followed from the beginning of the exit from violent gangs, including psychosocial support at individual, family, community, and institutional levels, until reintegration. The project offers a holistic approach, following the young people through appropriate psychosocial support, empowerment and vocational training, income-generating activities, and reintegration through supporting parents and creating awareness in communities and amongst authorities.

After mental and psychosocial support provided by psychologists and Psychosocial Assistants from the implementing partner Interactions DRC, these 250 young ‘kuluna’, who will have been weaned off drugs and mentally supported through the IPTG approach, will then be empowered through the youth employment programmes set up under the project, but also through income-generating activities and formal and informal training in mechanics, electricity, plumbing, carpentry, driving, etc.

This new group of 250 young Kulunas, mainly from the municipalities of Kinshasa and Barumbu, join the group of 200 others, presently former Kulunas, having been mentally and psychosocially supported by Interactions DRC in the first year of the project. The latter group are currently empowered through the youth employment programme in waste collection in the municipality of Kinshasa, income-generating activities, and other trainings.

Besides this, Synergie des Femmes-  SYFES-, one of the implementing partners in charge of young girls and women who were members of ‘kulunas’ groups within the framework of the said project, has already completed the mental and psychosocial support of 200 beneficiaries who have joined the empowerment process. To date, the project has managed to support 474 young girls and boys in the first year of implementation with tangible results in drugs weaning and other psychotropic substances as well as in empowerment with jobs in waste collection, production and sale of drinking water, and income-generating activities. For the second year, a total of 450 young people – 200 girls and 250 boys – have already joined the project and the project is still continuing.

It should be recalled that the three-year project, launched in December 2020 by the Minister of Social Affairs of the Government of the Democratic Republic of Congo, has already managed to reach a total of 924 young people supporting them to quit kulunas groups while being empowered for successful social reintegration. In the long term, the project aims to have 1,500 young leave the kulunas groups and contribute as much as possible to the fight against drug and other psychotropic substances abuse but also to the fight against urban violence which is rampant in certain neighbourhoods and municipalities of the city of Kinshasa.

French

Projet Jeunesse Sobre de la WFAD : 250  ‘kulunas’ intègrent le projet pour leur autonomisation et réintégration sociale avec Interactions RDC

En ce mois de mai 2022, le partenaire de mise en œuvre du projet triennal de la WFAD financé par la Coopération Suédoise, Interactions RDC, a entamé le processus d’accompagnement mental et psychosocial d’un nouveau groupe de 250 jeunes hommes ‘kulunas’, consommateurs patentés des drogues et autres substances psychotropes, pour le compte de la deuxième année. Cet appui psycho-mental aboutira à la phase d’autonomisation à travers des emplois, des activités génératrices de revenus ainsi que des formations formelles et informelles en vue de leur réinsertion et réintégration sociales.

La problématique du phénomène ‘kuluna’ à Kinshasa et dans certaines grandes villes du pays demeure un défi sécuritaire malgré les efforts inlassables des autorités, de la Société Civile et d’autres acteurs de bonne volonté pour d’ éradiquer ce fléau qui est à la base de la violence urbaine constatée depuis le milieu des années 2000. Soucieuse de contribuer à tous ces efforts consentis, la WFAD a développé le projet triennal ‘Jeunesse Sobre-Communautés Plus Saines : Transformer les Jeunes Violents à Kinshasa’, financé par la Coopération Suédoise, qui vise à aider les jeunes à quitter les gangs de rue violents de Kinshasa et à empêcher d’autres personnes de les rejoindre. Le projet se concentre particulièrement sur la santé mentale et les services de soutien psychosocial, y compris les groupes de soutien parental ; tout en offrant un soutien au rétablissement, et une composante de réintégration socio-économique, pour faciliter l’espoir, la réintégration et la durabilité du changement chez les participants. Le jeune est suivi depuis le début de l’aide à la sortie des gangs violents, y compris le soutien psychosocial aux niveaux individuel, familial, communautaire et institutionnel, jusqu’à la réintégration. Le projet propose une approche holistique, qui suit les jeunes en leur apportant un soutien psychosocial approprié, en renforçant l’autonomisation et la formation professionnelle, en proposant des activités génératrices de revenus et en favorisant la réintégration par le biais d’un soutien aux parents et d’une sensibilisation des communautés et des autorités.

Après l’accompagnement mental et psychosocial assuré par les psychologues et les Assistants Psychosociaux du partenaire de mise en œuvre Interactions RDC, ces 250 jeunes hommes ‘kulunas’ qui auront été sevrés des drogues et appuyés mentalement à travers l’approche  IPTG , seront par la suite autonomisés grâce aux  programmes d’emplois pour jeunes mis en place dans le cadre du projet mais également par le biais des activités génératrices de revenus et des formations  formelles et informelles en mécanique, électricité, plomberie, menuiserie, conduite de véhicules etc.

Ce nouveau groupe de 250 jeunes kulunas en provenance majoritairement des communes de Kinshasa et Barumbu suite à la proximité, s’ajoute au groupe de 200 autres devenus ex-kulunas, car ayant été accompagnés mentalement et psychosocialement par Interactions RDC dans la première année du projet. Ces derniers sont présentement autonomisés au travers du programme d’emplois pour jeunes dans l’assainissement dans la commune de Kinshasa, des activités génératrices de revenus et d’autres formations.

Aussi, Synergie des Femmes, SYFES, un des partenaires de mise en œuvre en charge de jeunes filles et femmes ‘kulunas’ dans le cadre dudit projet, a déjà clôturé l’accompagnement mental et psychosocial de 200 bénéficiaires qui sont également en pleine phase d’autonomisation. A ce jour, le projet a réussi à récupérer 474 jeunes – filles et garçons- dans la première année de mis en œuvre avec des résultats tangibles dans le sevrage de drogues et autres substances psychotropes ainsi que dans l’autonomisation avec des emplois dans l’assainissement, la production et la vente de l’eau potable et les activités génératrices de revenus. Pour la deuxième année, un total de 450 jeunes – 200 filles et 250 garçons- sont déjà pris en charge et le projet se poursuit autant que faire se peut.

Il sied de rappeler que le projet triennal, lancé en décembre 2020 par la Ministre des Affaires Sociales du Gouvernement de la République Démocratique du Congo, a déjà réussi à toucher un total de 924 jeunes pour les aider à quitter les groupes de kulunas et les autonomiser en vue d’une réintégration sociale réussie. A terme, le projet vise à récupérer 1.500 jeunes kulunas pour contribuer autant que possible à la lutte contre la consommation des drogues et autres substances psychotropes mais à la lutte contre la violence urbaine qui sévit dans certains quartiers et communes de la ville province de Kinshasa.

Leave a Reply

Your email address will not be published.