Sober Youth-Healthier Communities: Towards effective empowerment of young girls after mental and psychosocial support success

Find the French Translation further down the page
The partner DASOD provided training on water treatment processes to 6 young female project beneficiaries, ex-drug users, and 3 community members so that they are equipped for the work to be done in the water treatment mini-factory built under the project.

The three-year WFAD project ‘Sober Youth – Healthier Communities: Transforming Violent Youth in Kinshasa’, funded by the Swedish Cooperation, has entered its second year with implementing partners Interactions RDC, DASOD and SYFES. 

While the first year was more dedicated to the identification as well as the mental and psychosocial support of the targets, the violent youth, known as ‘kulunas’ – girls and boys -, the second year opens with the effectiveness of the empowerment process of these young beneficiaries and continues with the mental and psychosocial support of a new group of 500 young people. This empowerment programme aims in strengthening the leadership and entrepreneurial skills of the beneficiaries, with a particular focus on girls, also including families in the process to facilitate reintegration.  

To this end, the partner DASOD initially provided accelerated training focusing on savings and credit, solidarity, entrepreneurship, financial education and marketing as well as basic safety and security notions, communication flow, anti-fraud, anti-corruption, ethics, exploitation and sexual abuse, before starting with the youth employment programme in the production and marketing of drinking water. Some of the targets – girls – of the project and who will be working in the water treatment mini-factory in the Makala neighbourhood, have been trained on water treatment to ensure water quality to be supplied to the communities.

The WFAD DRC national office meeting room hosted this training session on water treatment processes with a group of 6 young girls, former users of psychotropic substances, mentally, and psychosocially supported by Interactions DRC and weaned off drugs, who are now supervised by DASOD, as well as 3 members of the community who are part of the staff recruited in the framework of this project.

Given that water intended for human consumption must meet criteria and be evaluated by bacteriological and physicochemical parameters, this training consisted in giving the beneficiaries the means to be equipped to ensure the production of safe drinking water for consumers. DASOD trained these young people on essential criteria such as the correct temperature, turbidity, potential of hydrogen (pH), free chlorine residual, microelements, etc.

The empowerment component will provide employment and education – formal and informal – to the 274 girls who have benefited from psychosocial support from Interactions RDC and SYFES in the framework of the youth employment programme for water production and marketing, as well as other planned activities such as training in cutting and sewing, aesthetics and other income-generating activities. In the long term, this project, with its empowerment component, will contribute as much as possible to the socio-economic reintegration of 750 young girls, many of whom are already mothers and whose vulnerability is aggravated by the use of psychotropic substances and poverty.

It is important to note that in the framework of this project, the implementing partner DASOD has built three boreholes with standpipes, water mini-networks and a mini-plant to provide drinking water to nearly 100,000 inhabitants in the neighbourhoods of Makala, Selembao and Kinshasa.

FRENCH

Jeunesse Sobre-Communautés Plus Saines : Vers une autonomisation effective des jeunes filles après un accompagnement mental et psychosocial réussi 
Le partenaire DASOD a assuré la formation sur les procédés du traitement de l’eau à 6 jeunes filles bénéficiaires du projet, ex-consommateurs de drogues, et de 3 membres de la communauté en vue de les équiper pour le travail à fournir au sein de la mini-usine de traitement d’eau construit dans le cadre du projet.

 Le projet triennal de la WFAD ‘Jeunesse Sobre- Communautés Plus Saines : Transformer les Jeunes Violents à Kinshasa’, financé par la Coopération Suédoise est entré dans deuxième année avec les partenaires de mise en œuvre Interactions RDC, Dasod et Syfes. 

 Si la première année était plus consacrée à l’identification ainsi qu’à l’accompagnement mental et psychosocial des cibles, en l’occurrence  les jeunes violents appelés ‘kulunas’ – filles et garçons-, la deuxième année s’ouvre avec l’effectivité de l’autonomisation de ces jeunes bénéficiaires et continue avec l’accompagnement mental et psychosocial d’un nouveau groupe de 500 jeunes. Ce programme d’autonomisation vise à renforcer les compétences des bénéficiaires en matière de leadership et d’entrepreneuriat, avec un accent particulier sur les jeunes filles, incluant également les familles dans le processus afin de faciliter la réintégration.

 Pour ce faire, le partenaire DASOD a assuré dans un premier temps une formation accélérée axée sur des notions de l’épargne et du crédit, de la solidarité, l’entreprenariat, l’éducation financière et le marketing ainsi que des notions de base sur la sécurité et la surêté, le flux de communication, la politique anti-fraude, anti-corruption, éthique, exploitation et abus sexuel, avant de démarrer avec le programme d’emplois de jeunes dans la production et la commercialisation de l’eau potable. Quelques jeunes filles bénéficiaires du projet qui sont appelées à travailler dans la mini-usine de traitement d’eau de la commune de Makala, ont bénéficié d’une formation accélérée sur le traitement de l’eau afin d’en garantir la qualité.

 La salle de réunion du bureau national de la WFAD RDC a servi de cadre, ce mercredi 17 novembre, à cette formation sur les procédés du traitement de l’eau avec un groupe de 6 jeunes filles, ex-consommatrices de substances psychotropes, encadrées mentalement et psychosocialement par Interactions RDC et sevrées des drogues, aujourd’hui prises en charge par DASOD, ainsi que 3 membres de la communauté qui font partie du personnel recruté dans le cadre dudit projet.

 Etant donné que l’eau destinée à la consommation humaine doit respecter des critères et être évaluée par des paramètres bactériologiques et physico-chimiques, cette formation a consisté à donner aux bénéficiaires les moyens afin d’être outillés en cette matière pour assurer la production d’une eau potable et sans danger pour les consommateurs. Il s’agissait pour DASOD de former ces jeunes filles sur les critères essentiels comme la bonne température, la turbidité, le Potentiel d’hydrogène (pH), le chlore résiduel libre (CRL), les micro-élements etc.

 Le volet autonomisation du projet va assurer l’emploi et l’encadrement- formel et informel – aux 274 filles ayant bénéficié de l’accompagnement psychosocial d’Interactions RDC et SYFES dans le cadre du programme d’emplois de jeunes de production et commercialisation de l’eau ainsi d’autres activités prévues comme formation en coupe et couture, esthétique et autres activités génératrices de revenus. A terme, ce projet contribuera autant que faire se peut à la réinsertion socio-économique de 750 jeunes filles dont beaucoup sont de filles-mères et dont la vulnérabilité est aggravée par la consommation des substances psychotropes et la pauvreté.

Il convient de rappeler que dans le cadre de ce projet, le partenaire DASOD a construit trois forages avec bornes fontaines, mini-réseaux et une mini-usine pour fournir de l’eau potable à près de 100.000 habitants dans les communes de Makala, Selembao et Kinshasa.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.